Parc des Princes

Liesse et combat des Dieux

Situé entre la porte d’Auteuil et celle de Saint-Cloud, le Parc des Princes est la cathédrale sportive que des milliers de franciliens rejoignent à la hate chaque soir de match du Paris-Saint-Germain. C’est bien avant d’entrer dans la demeure des héros de la capitale que l’on sent la fièvre émaner du joyau brutaliste.

Scrollez au contenu ↓

La socialité s'exprime dès les abords du stade, aux premiers checkpoints, à l’entrée dans l’enceinte, jusqu’aux escaliers montés d’un pas pressé pour rejoindre sa tribune, et enfin assister au spectacle unique d’une enceinte peuplée par la plus vaste famille d’Ile-de-France qui se réunit ici depuis 1973 pour soutenir la seule équipe parisienne qui évolue dans l’élite. Des larmes à l’euphorie des grands soirs, des générations de supporters comme de joueurs se sont succédées : Fontaine, Rocheteau, Sušić, Raï, Weah, Ronaldinho, Pauleta ou Neymar, et chacun ont connu les cris des supporters se transformer en une voix, une onde de choc irradiant le stade, celle du « Parc » qui résonne comme un orgasme à chaque lob, frappe croisée, penalty du joueur parisien trompant le gardien adverse.

Les "casts" sont des relevés topographiques forts, des instantanés du réel. Le travail photographique est une sociologie. Il montre la vie en acte, les corps inconscients d'eux-mêmes, les pratiques non verbalisées.

Rebondir