Chelsea

Tatouage : l'écriture de Dieu

Pourquoi écrire sur son corps d'une écriture qui ne partira jamais ? Réduire petit à petit la surface vierge de la peau ; bruler son capital ? Le tatouage est pour beaucoup une pratique déroutante, contre-intuitive. Pas si l'on se souvient de la thèse littéraire de Borges qui, dans les années soixante, jouait à penser que si Dieu était total, alors son message était partout, anagrammé dans toute la création : dans tous les signes, dans toutes les petites rédemptions, et jusque dans les rayures des peaux des tigres. Le tatouage est cette manifestation magique du corps comme territoire, une appropriation de l'étendue de l'homme par lui-même.

Les "casts" sont des relevés topographiques forts, des instantanés du réel. Le travail photographique est une sociologie. Il montre la vie en acte, les corps inconscients d'eux-mêmes, les pratiques non verbalisées.

Rebondir