SéminaireTravail

Eranos organise son séminaire 2019 à Rome

La singularité d'Eranos nous avait jusqu'ici poussés à éprouver plusieurs types d'organisations d'entreprise. Le labo de recherche des débuts, bien que toujours présent dans les esprits, ayant laissé place à « l’entreprise », au sens étymologique de « prendre entre ses mains », de « prendre un risque, relever un défi, oser un objectif ». Ce défi, de taille, qui nous réunit et nous anime, c'est celui de réconcilier les entreprises avec la société. Pour cela, l’entreprise justement, notre entreprise, se doit d’être bien huilée ! Nous avons donc consacré notre séminaire 2019 à la transformation de l'organisation de l'entreprise.

23 Jan 20 00:00

Dans la tradition du « test & learn », nous n'étions pas encore parvenu à trouver le modèle qui nous correspondrait le mieux. Après avoir appris de nos tentatives, la Direction d'Eranos présentait lors de ce séminaire, dans une demeure romaine à la hauteur de l'annonce, au coeur du quartier jésuite du Panthéon, ce qu'allait être notre nouvelle organisation — tant attendue par les collaborateurs — et qui allait sans doute être celle qui serait la plus fidèle à nos défis quotidiens.

Deux practices piliers (Connaissance & Stratégie) constituent aujourd'hui deux équipes entre lesquelles la collaboration bat son plein, dans l'esprit pluridisciplinaire historique cher à Eranos.

Réunis à Rome, nous en profitions pour nous joindre au Colloque de l'Association italienne de sociologie de l'imaginaire. Une belle occasion de renouer avec la "famille" universitaire où les sémiologues, anthropologues et sociologues Italiens perpétuent ce bel héritage de pensée que nous avons en commun. Michaël Dandrieux, fondateur associé d'Eranos, donna la conférence d'introduction telle un manifeste. Il rappella au public franco-italien l'importance des mutations en cours et la responsabilité qui nous incombe de continuer à produire dans un monde qui déborde pourtant d'objets.

A la nuit tombée sur Rome, par une pluie battante d'un mois de Novembre, nos amis romains, amis de longue date pour certains, ou rencontrés la veille au colloque pour d’autres, arrivaient sans faire la différence, les mains pleines de vivres pour le dîner.

Un dîner au restaurant, aurait été bien moins chaleureux et amusant, que de cuisiner et de déguster tous ensemble dans cette demeure aux dimensions grandioses. Je ne vous cache pas que cuisiner dans une maison qui n’est pas la sienne, donne parfois naissance à des situations cocasses, qui ne font que rendre les rencontres plus singulières ! Cette « entreprise » franco-italienne fut un succès, les rires et discussion enflammées se furent rapidement entendre autour de l’immense tablée. La grande bellezza !