Relations

Le Fake dans les Cahiers européens de l'imaginaire

Dans la langue française, il n’y a pas de mot, pour décrire ce qui n’est pas vrai, qui ne donne en même temps à la chose une tonalité sinistre : le faux, le contrefait, l’imposture... Partout rôde la peur de corrompre le vierge, le bel original. Il n’y a pourtant plus une vérité unique, un autre paradigme s’ésquisse sous nos yeux : zombies et super-héros, parcs à thèmes, univers chiffonnés et falsifications scientifiques, complotisme et cruauté de la transparence, artifices, simulacres, avatars, rêves... Et le monde vrai devint fake.
Sociologues de l’imaginaire, astrophysiciens, spécialistes du cerveau, sémioticiens, anthropologues, photographes, poètes et plasticiens apprennent aux Cahiers à déchiffrer, dans l’art contemporain, dans les sciences exactes, sur les murs de la ville, ou dans les faits divers, ce réel plus réel que la réalité.

Image Hélène Builly

Michaël V. Dandrieux

Michaël V. Dandrieux Ph.D est sociologue, il appartient à la tradition de la sociologie de l’imaginaire. Il est co-fondateur du cabinet de conseil Eranos, qui s'engage à réconcilier l'entreprise et la société. Il est enseignant à Sciences Po Paris (Ecole de Management et d'Innovation) et Directeur éditorial des Cahiers européens de l'imaginaire (CNRS éditions). Son travail porte sur les rationalités apparemment irrationnelles qui structurent la société : les mythes, le rêve, la confiance, l'espoir.